Mon expérience de lectrice pour le Grand Prix du Théâtre 2016.

 

La session de lecture des pièces en lices pour le 11° Grand Prix du Théâtre venant tout juste de s'achever, une de nos lectrices "un petit peu blogueuse" a souhaité partager avec nous son expérience de sélection. 

 

 

 

"Lire des textes de théâtre est un exercice pas toujours simple. Je m'y suis souvent livrée lors de mes recherches de texte pour mon cours de théâtre, tout comme il m'arrive souvent d'acheter le texte à la fin d'un spectacle pour le relire à tête reposée.

 

Une amie m'a proposé cette année de participer au Grand Prix du Théâtre 2016 organisé en partenariat avec le Théâtre de Fontenay le Fleury, et c'est avec plaisir mais aussi avec une certaine appréhension que j'ai acceptée. Plaisir car c'est un privilège de pouvoir découvrir des écritures contemporaines. Appréhension car qui suis-je pour juger de la qualité d'un texte écrit pour le théâtre, sur quels critères se prononcer, comment tout lire ?

 

La première crainte était celle du nombre : plus de 60 textes en compétition. Jamais je n'aurai le temps de tous les lire. Mais les explications sur le mode de fonctionnement m'ont rassuré sur l'équilibre de lecture pour chaque texte (un nombre minimum de lecteur par pièce). Cela ne m'assurait pas de passer à côté du texte gagnant, mais m'a rassuré sur les chances de chacun.

 

A la réception d'une première série de 8 textes, je suis enchantée et ultra-motivée. Les premiers se lisent facilement. Je bute sur le 5ème. Je le mets de côté. J'en lis deux autres et envoie mes premières fiches pour demander de nouveaux textes pensant lire très vite ceux qui me restent. Mais il y a les fêtes, un peu moins de disponibilité, et surtout un texte sur lequel je m'accroche ou plutôt sur lequel je n'accroche pas. Beaucoup de mal à le lire. Je m'y reprends à plusieurs reprises. Il me faudra plus d'une semaine pour en venir à bout. J'insiste, car le sujet est intéressant, l'écriture intrigante. Pourtant, je ne vois pas où l'auteur veut me mener. Ne voulant pas passer à côté de quelque chose, je m'accroche pour le lire jusqu'au bout, espérant que la bonne surprise sera à la fin. Et là c'est la déception. Et le regret d'avoir passé autant de temps sur ce seul texte au détriment de tous les autres.

 

Au total j'ai lu 9 textes. Pas énorme comme prestation. Mais dans un temps finalement restreint ce n'est pas si mal.

 

Ce que je retiens de cette expérience, deux choses

  • la diversité des écritures

  • la difficulté de donner une appréciation

 

Il y avait des sujets ou des traitements très classiques, d'autres plus modernes, un assez déroutant. Mais une vraie richesse même si tout n'est pas du même niveau. Un texte particulièrement m'a semblé proche de la perfection. D'autres mériteraient d'être légèrement retravaillés. Certains sont assez vides. Mais ceci n'est qu'une question de sensibilité et ce qui séduit l'un peut déplaire à l'autre.

 

Et là se pose la difficulté de l'appréciation. Comment donner une note juste. Pour les premiers comment ne pas être trop large ni trop sévère. Sur ce point on se sent comme les juges d'un tournoi de patinage artistique qui doivent en garder sous le pied et ne pas noter de manière trop tranchée les premières prestations.

 

D'une manière pas du tout modeste, il y avait au fond de moi l'impression troublante de faire partie d'un comité de lecture ayant un droit de vie et de mort sur les textes. Il me plaît, il mérite d'aller plus loin. Il ne me plaît pas, il est passé au rouleau compresseur des textes mis au rebut. J'imaginais la réaction des auteur(e)s : la joie d'être sélectionné, le dépit d'être rejeté, le fait d'être conforté dans le travail réalisé, l'incompréhension face aux critiques / commentaires de rejet.

 

Mais le plus plaisant était d'imaginer ces textes transposés à la scène, de visionner des décors, des effets sonores ou lumineux, surtout quand l'auteur n'a pas laissé trop de didascalies.

 

Mes jugements se sont fondés principalement sur la qualité de l'écriture, la vision du texte mis en scène, sur l'apport du texte à une problématique ou encore à la qualité du divertissement proposé. Certains textes étaient très ambitieux dans leur sujet, mais le traitement trop léger leur ôtait tout intérêt. D'autres à l'écriture trop alambiquée ne suscitent que l'ennui. Et puis soudain surgit une pépite, un texte parfait qui vous emporte et qui est comme une récompense des heures passées sur des choses moins inintéressantes et moins prenantes.

 

En envoyant la dernière fiche, je regrettais encore de ne pas en avoir lu plus. Mais je suis déjà impatiente de connaître les noms des finalistes puis de l’œuvre qui sortira gagnante, espérant qu'elle sera celle qui arrive en tête de ma sélection. Mais cela est une autre histoire.

 

Merci au Théâtre de Fontenay-Le-Fleury pour cette expérience riche, variée et très plaisante. J'espère que je pourrai renouveler cette aventure en 2017."

 

 

 

     Merci à Christine d'avoir pris le temps de mettre par écrit ses sentiments mêlés et de nous avoir raconté, comment elle a vécu cette session de sélection. Et vous, qu'avez-vous pensé de cette expérience ?

 

 

Restons Connectés :

 

Retrouvez Christine sur Twitter et sur son Blog

 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0

Avec le soutien du Conseil Départemental des Yvelines